• Classe flexible

    Organisation :

    Passeport des ateliers autonomes

     

    Aménagement :

    Classe 2019-2020

     

    Lectures :

    "Enseigner en classe flexible", Retz

    "Les centres de littératie", D. Diller

     

  • "Les centres de littératie", D.Diller

    Sur conseil d'Amy de la Classe d'Amy, j'ai emprunté le livre "Les centres de littératie" de Debbie Diller au centre de documentation de notre canton.

    Après avoir tout lu, j'ai décidé de vous faire un petit compte-rendu de mes lectures et de mes réflexions.

     

    Les centres de littératie qu'est-ce que c'est ?

    Les centres de littératie ce sont des coins dans la classe où les élèves travaillent en autonomie afin de développer leur compétence en littératie. Ils permettent une responsabilisation des élèves par rapport à leurs apprentissages car c'est eux qui choisissent ce qu'ils veulent faire dans le centre. Les élèves utilisent le matériel de manière autonome seul ou par 2.

     

    Le rôle de l'enseignant

    L'enseignant modélise, il explique et démontre aux élèves ce qu'il est possible de faire avec le matériel à disposition. Il est très important que les élèves sachent à quoi sert le matériel pour qu'ils puissent l'utiliser correctement.

    L'enseignant accompagne et guide les élèves. 

    L'enseignant propose une gestion simple et claire pour ses centres.

     

    Le mode d'emploi des centres de littératie

    Quand on parle de centres de littératie, on se demande souvent comment les gérer mais on devrait plutôt se demander comment enseigner au moyen de ces centres. Pour démarrer les centres de littératie, il est nécessaire de commencer avec des mini-leçons.

    Les mini-leçons servent à :

    - présenter un nouvel atelier dans un centre,

    - expliquer comment utiliser le matériel,

    - revenir sur un élément du centre, faire une mise en commun,

    - expliquer le tableau de programmation,

    - expliquer comment partager le matériel,

    - expliquer comment régler un problème.

    Il est donc essentiel de faire des mini-leçons fréquemment pour que les élèves puissent réellement travailler de manière autonome dans les centres.

    Le tableau de programmation est un outil qui sert à savoir dans quel centre, les élèves doivent aller travailler. Dans le livre, l'auteur propose d'utiliser une murale à pochettes et d'y glisser les pictogrammes des centres et, en face, les prénoms des enfants qui doivent s'y rendre. On peut aussi imaginer un autre type de tableau. L'objectif étant que les élèves voient dans quel centre, ils doivent se rendre.

    On peut choisir de changer de centre chaque jour et qu'ainsi les élèves travaillent dans un centre par jour mais on peut aussi prévoir de changer de centres plusieurs fois durant la journée. Pour que les élèvent sachent quand ils doivent changer de centre, on peut simplement utiliser une clochette ou un timer. Je pense qu'avec de petits élèves, il est préférable de changer plusieurs fois par jour car leur concentration n'est pas très longue. Avec des grands, on peut éventuellement prévoir 1 centre par jour.

     

    Combien d'élèves par centre et combien de centres ?

    Debbie Diller propose de faire travailler 2 élèves à la fois par centre et de mettre en place un dizaine de centres. Pour moi, cela me semble beaucoup, mais je vais certainement en introduire 1 ou 2 dans les prochains mois. 

     

    L'organisation des centres

    Chaque centre doit contenir du matériel que les élèves savent utiliser. Ne pas oublier de modéliser l'utilisation mais aussi le rangement du matériel.

    Il est nécessaire que les enfants sachent où ranger les travaux terminés. Il faut donc prévoir un bac ou une chemise pour les travaux terminés dans chaque centre. On peut aussi imaginer avoir un seul bac dans la classe.

    Dans chaque centre, on dispose une liste de "Je peux..." avec des propositions d'activités que les élèves peuvent réaliser. A vous de choisir si vous préférez mettre une liste de "Je peux" et laisser l'élève complètement libre de ses choix ou si vous désirez imposer certaines choses.

    A la fin d'une période de travail dans les centres, Debbie Diller préconise de faire un moment de discussion avec les élèves. Ainsi, les élèves pourront s'exprimer sur 
    - ce qu'ils ont fait, 

    - ce qu'ils ont aimé faire dans le centre,

    - ce qu'ils n'ont pas aimé,

    - les compétences qu'ils ont développées,

    - ce qu'ils pensent qu'il faudrait changer ou modifier

    - les problèmes qu'ils ont rencontrés.

    Ceci à pour objectif de recentrer les élèves sur ce qui était à faire et sur ce qui a été réellement fait, de les rendre acteurs et responsables de leurs apprentissages, de faire un petit retour sur ce qui s'est passé, ce qu'on n'a pas vu nous-même. En effet, quand les élèves travaillent en centres, on ne peut pas voir tout ce qui est fait et ce que les élèves font réellement. Il est donc important de faire ces petites mises en commun.

    Debbie Diller propose une planification par jour de :

    5 à 10 minutes de mini-leçons

    30 à 45 minutes de travail dans les centres

    5 à 10 minutes de discussion en plénum

     

    Pendant qu'une partie des élèves sont dans les centres, d'autres sont avec l'enseignant pour une leçon guidée. Ainsi l'enseignant s'occupe uniquement d'un groupe d'élèves et leur accorde toute son attention. Pour ma part, je trouve le travail en groupe beaucoup plus efficace qu'avec la classe entière. Cela implique par contre que les élèves soient capables de travailler de manière autonome et silencieuse dans les centres. C'est tout un apprentissage et cela prend un peu de temps avant qu'on puisse réellement être concentré uniquement sur le groupe en leçon guidée. Debbie Diller nous dit qu'il est impératif de modéliser les comportements dans les centres et de n'introduire les leçons guidées qu'au moment où les élèves sont capables de travailler adéquatement dans les centres.

     

    Les différents centres proposées par Debbie Diller

    Debbie Diller nous décrit différents centres dans son livre. A vous de voir lesquels vous seront utiles dans vos classes. Je vous dirai à la fin de cet article, ceux qui me paraissent les plus intéressants et ceux que j'ai envie d'introduire dans ma classe. 

     

    Le coin lecture

    Il existe déjà dans toutes les classes ou presque. C'est un centre qui nous paraît peut-être logique mais a-t-on vraiment réfléchi à ce que les élèves pourraient y faire.

    L'auteur nous propose différentes activités :

    - rechercher des renseignements sur un auteur

    - choisir le livre "parfait"

    - lire de manière autonome

    - regarder les images d'un livre et le raconter à un camarade

    - lire une histoire à des animaux en peluche

    - rédiger un commentaire sur un livre

    - copier les titres des livres

    - ranger, classer les livres

    On peut certainement trouver encore d'autres idées. 

    Debbie Diller conseille de changer régulièrement les livres afin de stimuler chez les élèves l'envie de découvrir de nouvelles histoires. Personnellement, j'essaie de changer, ajouter, supprimer des livres à chaque période de vacances. 

     

    Le centre des grands livres

    Dans ce centre, on trouve un ou plusieurs grands livres, idéalement sur un chevalet Il peut s'agir de livres du commerce ou de copies que nous avons faites en grands. Dans ce centre, les élèves pourront :

    - pointer des mots, des phrases et les lire

    - lire et trouver des informations dans un texte

    - parler à son camarade de sa partie préférée de l'histoire

    - travailler le ton de la voix

    - rédiger un commentaire sur un livre

    - théâtraliser un livre à 2

    - chercher des mots connus sur une page

    Le but est que les élèves se familiarisent avec la lecture de mots puis de phrases et travaillent en collaboration pour lire.

     

    Le centre d'écriture

    Dans ce centre, les élèves vont s'entraîner pour la production d'écrit. Ils vont écrire différents types de textes. Voilà quelques exemples d'activités :

    - écrire une liste, une lettre, une histoire, une carte postale

    - décrire un personnage, un lieu

    - raconter une histoire qu'on a écrite à un camarade

    - écrire une histoire qu'on a raconté en production orale

    - aider un camarade à corriger un texte

    - rédiger des messages à l'intention d'un camarade, de l'enseignant ou d'une autre personne

    - utiliser des outils de référence

    - écrire à l'ordinateur

    On peut y mettre une grande quantité de matériel différents comme par exemple :

    - des images à décrire

    - des dés à histoire

    - des marionnettes

    - des figurines

    - des stickers, scotch, etc pour décorer ses productions

    - différents supports (feuilles lignées, carte postale, carte de voeux, etc...)

    - différents outils scripteurs (crayon à papier, plume à cartouche, stylos, feutres, etc...)

     

    Le centre de théâtre

    Dans ce centre, les élèves vont découvrir le monde du théâtre et vont devenir des acteurs. Ils pourront :

    - raconter un livre avec des marionnettes ou des objets

    - lire une pièce de théâtre seul ou à plusieurs

    - lire un dialogue avec un camarade

    - écrire une pièce de théâtre

    - jouer une partie d'une pièce lue

    Pour le matériel, il faut trouver des pièces de théâtre adaptées aux élèves, des marionnettes à doigts, d'autres marionnettes, des petits objets en lien avec les pièces ou les livres choisis, un paravent ou un petit théâtre de marionnette. 

     

    Le centre de l'alphabet et d'étude de mots

    Il s'agit d'un centre qui va énormément évoluer au fil de l'année en fonction des compétences et des apprentissages réalisés par les élèves. Il est également nécessaire d'y faire de la différenciation et de proposer des activités adaptées aux différents élèves.

    Dans ce centre, les élèves pourront au fil de l'année :

    - classer des lettres selon leur forme (o / l)

    - former des lettres (avec des marqueurs, feutres, crayons, craies, pâte à modeler,...)

    - réaliser un casse-tête de l'alphabet

    - lire un abécédaire

    - créer un abécédaire

    - lire des lettres

    - classer des mots (selon : nombre de lettres, de syllabes, l'initial, le nombre de voyelles,...)

    - former des mots (lettres aimantées, cartes-lettres, lettres du Scrabble, pâte alimentaire en lettres,...)

    - illustrer des mots

    - faire un chasse au mot en fonction d'un son

    - classer des syllabes puis des mots dans l'ordre alphabétique

    - faire des jeux de mots (Scrabble, Petit Bac,...)

    - utiliser un dictionnaire, un imagier

    - utiliser le mur de mots

    Le mur de mots, est un endroit où l'on place des lettres dans l'ordre alphabétique. Sous chaque lettre, on ajoute des mots commençant par cette lettre ou contenant ce son. Ces mots peuvent rester plusieurs semaines ou être changés régulièrement. Le but est que ce mur soit interactif et que les élèves puissent manipuler les mots.

    Cette liste d'activité n'est pas exhaustive, il existe encore beaucoup d'autres activités qui pourraient être réalisées dans ce centre. A vous de faire votre choix.

     

    Le centre de poésie

    Dans ce centre, les élèves vont être amenés à découvrir le monde de la poésie et comment elle est écrite. Ils pourront donc :

    - lire des poèmes seul ou à 2

    - illustrer un poème

    - compléter un poème à trou

    - reconstruire un poème 

    - modifier un poème

    - copier un poème

    - s'enregistrer pendant qu'ils lisent un poème et s'écouter

    - apprendre un poème et le réciter

    - découvrir plusieurs poèmes écrits par un même auteur

    - comparer des poèmes

    - découvrir la structure d'un poème, les rimes, les vers

    - lire des renseignements sur un poète

    Il est conseillé d'avoir des affiches avec les poèmes que les élèves pourront manipuler et utiliser. Il serait bien de les plastifier afin que les élèves puissent entourer certaines choses sur les poèmes comme par exemple les rimes ou pour compter les vers.

     

    Le centre d'informatique

    Dans ce centre, les élèves seront amener à utiliser un ordinateur. Le livre de Debbie Diller ayant été écrit en 2010, il ne parle pas des tablettes. Mais à l'heure actuelle, le centre d'informatique pourrait contenir une ou plusieurs tablettes.

    Ce qu'on peut y faire :

    - jouer à un jeu 

    - écouter une histoire

    - taper un texte

    - faire un dessin à l'ordinateur

    - taper des mots de vocabulaire

    - corriger un texte 

    - faire une recherche sur internet 

    - lire un commentaire sur un livre

    - écrire un mail

     

    Le centre d'écoute

    Ce centre est facile à mettre en place et ne demande pas beaucoup de matériel. Il suffit d'avoir un lecteur CD ainsi que des écouteurs. Une collègue d'une autre école a même trouvé un adapteur pour brancher plusieurs paires d'écouteurs, ainsi plusieurs élèves peuvent écouter en même temps.

    Dans ce centre, les élèves pourront :

    - écouter une histoire

    - écouter et lire un livre-audio

    - répondre à des questions sur une histoire écoutée

    - s'enregistrer et s'écouter

    - dessiner une partie de l'histoire qu'ils ont écoutée.

     

    Le centre de casse-tête et de jeux

    Sans l'appeler "centre", on retrouve souvent ce coin dans les classes. En effet, on a tous quelque part une étagère ou une caisse avec des jeux de société. Dans ce centre, Debbie Diller propose de mettre des jeux, puzzles mais aussi des casse-têtes. Le but étant que les élèves jouent, collaborent et entraînent leur perception visuelle.

     

    Le centre de lecture à 2

    Un livre, 2 élèves et le centre de lecture à 2 est installé. Dans ce centre, on peut lire à 2 une histoire, écouter le camarade lire, lire une histoire à un camarade. Bref, travailler la lecture en binôme pour s'entraîner et s'améliorer.

     

    Le centre de création

    Ce centre pourrait aussi s'appeler "centre d'art". Dans ce centre, les élèves pourront :

    - lire des informations sur un artiste, un illustrateur

    - étudier des illustrations et les comparer

    - fabriquer une marionnette pour le centre de théâtre

    - illustrer un livre, une histoire 

    - créer une couverture de livre

    Pour le matériel, tout ce qui est créatif et coloré est utilisable : des jolis stickers, divers petits matériels (cure-pipe, bâton de glace, pincette,...), de la feutrine, des morceaux de tissus, des ciseaux à cranter, des feutres, des scotchs imprimés, etc... Bref, faites preuve de créativité !

     

    Le centre de sciences

    Vous me direz que ce n'est pas vraiment de la littératie mais Debbie Diller parle de ce centre dans son livre. L'objectif de ce centre est de travailler un thème étudié en classe. Ce centre va évolué au fil de l'année en fonction des différents thématiques abordées.

    Par exemple, si on fait le thème du tour du monde, on pourra y mettre : un globe terrestre, des atlas, des puzzles du monde ou des continents, des fiches informatives sur des pays, etc... Et il est facile de trouver une multitude d'activités à proposer à ses élèves pour qu'ils puissent tester, expérimenter, manipuler. 

     

    Le centre de calligraphie

    Ce centre a pour objectif de travailler l'écriture et le tracé des lettres. Il est primordial de modéliser en séance guidée avant le travail en centre. On fait d'abord un travail guidé sur l'apprentissage de la lettre et l'élève s'entraîne dans le centre.

    On peut ainsi varier les supports et les outils scripteurs pour entraîner l'écriture. En voilà quelques exemples.

    Outils scripteurs : crayon à papier, stylo, feutre, craie, éponge mouillée, feutre effaçable,...

    Supports : tableau noir, papier ligné, papier quadrillé, papier blanc ou de couleur, grande feuille, ardoise, feuille plastifiée, dans de la farine, de la semoule,...

     

    L'évaluation des centres

    Afin d'évaluer le travail des élèves dans les centres, il est important de se fixer des moments d'observation. Debbie Diller propose de se balader dans la classe avec une planchette à pince et une fiche par élève. Ainsi, on peut noter nos observations et nos remarques. Ceci va nous permettre d'orienter les élèves vers les centres dont ils ont besoin, d'adapter le matériel des centres et de prévoir des remédiations si nécessaire.

    On peut aussi se fixer des critères d'évaluation et remplir une grille. A la fin du livre, on retrouve quelques exemples de fiches d'évaluation. Dans les annexes, on trouve également des affiches pour les centres. 

     

    Et moi dans tout ça ?

    Cette lecture m'a vraiment beaucoup plu et je remercie Amy pour son conseil. Jusqu'à présent, j'étais convaincue par mon travail par ateliers autonomes mais je me rends compte petit à petit que le travail par centre pourrait également bien me convenir. Ainsi, je pourrais imposer à mes élèves de rester dans un centre et de changer régulièrement et cela éviterait que l'un deux ne fassent que des maths pendant 3 jours. Chose qui m'est arrivée, il y a peu ;-)

    Mais en lisant le livre, je me suis dit "aïe ! 10 centres dans ma classe, ça va être impossible à mettre en place !". Du coup, j'ai réfléchi à mes priorités. Qu'aie-je envie de proposer à mes élèves ? Quels sont les centres qui leur seraient le plus utile ?

    Après réflexion, j'ai envie d'avoir dans ma classe :

    - le centre de lecture : j'ai actuellement déjà un coin lecture mais je pense ajouter une fiche "Je peux" afin que les élèves exploitent les livres de manière différente et ne fasse pas que de regarder les images ou de lire seul.

    - le centre d'écrivain : je trouve qu'on ne travaille pas assez la production d'écrit même si dans notre méthode de français, Que d'histoires, on n'en fait quand même régulièrement. La production d'écrit permet de travailler le vocabulaire, l'orthographe, la grammaire. C'est vraiment une activité très complète et je pense que proposer un centre d'écrivain dans ma classe serait vraiment une bonne idée. Je pense le mettre en place en décembre car je vais accueillir une stagiaire en novembre.

    - le centre d'écoute : je vais prochainement donner une nouvelle vie à mon discman et le prendre en classe. J'ai déjà plusieurs livres-audio mais je pense en trouver d'autres ou en emprunter en bibliothèque. Je vais investir dans un adapteur pour pouvoir connecter plusieurs paires d'écouteurs et pour que mes élèves puissent travailler à plusieurs.

    - le coin français déjà présent dans ma classe, servira de centre de l'alphabet et d'étude de mots. En effet, dans mon coin, je mets divers ateliers pour travailler le vocabulaire, les mots à savoir et l'ordre alphabétique. Je trouve le mur de mots intéressant mais pour le moment, je ne vais pas le mettre en place. J'y réfléchirai davantage l'été prochain étant donné que j'accueillerai une nouvelle volée de 3H/CP l'an prochain. Je pense que pour bien travailler les sons, ce mur de mot peut vraiment être utile.

    - le centre de poésie : j'aime beaucoup l'idée de ce centre et j'ai d'ailleurs fait un atelier autonome d'apprentissage d'une comptine durant les dernières semaines. Je ne vais pas créer de centre exprès pour la poésie à l'année mais je pense proposer des ateliers de poésie régulièrement avec une liste de "Je peux" ou un objectif précis à travailler.

    - le centre des sciences s'appelle chez moi "coin environnement". Au début de l'année, j'y ai juste mis des livres et du matériel en lien avec mon thème mais mes élèves m'ont demandé des activités pour exploiter ce coin. J'ai donc ajouté une liste de "Je peux". Par contre, je me rends compte que les élèves y vont très peu. Je me dis donc que si j'impose d'aller dans un centre grâce à un tableau de programmation, chacun pourra s'y rendre.

    Voilà le fruit de mes réflexions, oui oui ça cogite là-haut ;-) et vous, travaillez-vous par centre ? Quels centres avez-vous mis en place dans votre classe ? Quels sont les centres que vos élèves préfèrent ?

    Je me réjouis de vous lire, car pour moi ce blog doit aussi être un lieu d'échange et de partage. Prochaine lecture pour moi : "Les centres de mathématiques". Je vous ferai un retour dès que j'aurai terminé.

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Je cherchais un moyen de garder facilement une trace des ateliers faits par les élèves. Comme j'ai décidé de travailler avec un groupe pendant que les autres seront en autonomie, il me fallait un moyen rapide pour pouvoir avoir un regard sur ce qui se fait. 

    Après discussion avec Amandine de La classe d'Amy, j'ai opté pour le "Passeport des ateliers autonomes".

    Passeport des ateliers autonomes

    Pour le format, j'ai coupé un cahier E5 en 2, en le tenant avec la reliure en haut, ça fait vraiment un chouette carnet. Dans le cadre blanc, je collerai leur photo Polaroïd que j'ai fait cet après-midi avec mon Instax Mini.

    A l'intérieur du passeport, il y a d'abord une petite fiche d'explication.

    Passeport des ateliers autonomes

    Puis, une fiche sur laquelle on peut mettre les dates. Pour le moment, j'ai décidé de faire des ateliers sur 3 semaines. De plus, je ne travaille que les mercredi, jeudi et vendredi et ma collègue fera un peu moins de flexible que moi sur ces jours de travail.

    Passeport des ateliers autonomes

    Dans mon coin "Maths - français", les élèves trouveront une feuille pour chaque discipline avec les ateliers à choix.

    Passeport des ateliers autonomes

    Pour chaque activité, j'ai créé des étiquettes autocollantes grâce à ma Silhouette Cameo. Ainsi, les élèves pourront coller l'étiquette correspondante sur leur carnet quand ils démarrent une activité. Quand l'atelier sera terminé, ils pourront colorier le petit carré. Ainsi, je pourrai à tout moment prendre les passeports et voir ce que les élèves ont fait. Je noterai ainsi pour moi sur une feuille annexe. Merci La classe d'Amy pour la super idée.

    Passeport des ateliers autonomes

    Je vous mets mon doc en pdf ci-dessous si cela peut vous être utile.

    Télécharger « passeport ateliers autonomes.pdf »

    Et vous, qu'utilisez-vous comme support pour noter les ateliers faits par vos élèves ?

           

    Pin It

    votre commentaire
  • Après un démarrage avec la classe flexible entre Pâques et juillet, nous avons décidé de continuer sur notre lancée pour la rentrée prochaine. Nous avons donc organisé notre classe en fonction.

    Nous avons d'abord choisi de faire un coin "regroupement" près du tableau noir. Pour cela, nous avons utilisé nos 6 petits bancs.

    Ma classe en 2019-2020

    Juste derrière, nous avons mis 4 bureaux doubles en U pour faire notre "centre guidé". En effet, c'est à cet endroit que nous ferons nos séances guidées, la lecture en groupe et les présentations de leçons.

    Comme nous avons 24 élèves, nous avons choisi de faire 3 groupes de 8, ainsi nous présenterons les leçons à 8 élèves à la fois, en tout cas, en ce qui me concerne.

    Ma classe en 2019-2020 

    Derrière le U, nous avons disposé 3 ilots de 4 ou 6 élèves. Il était important pour ma collègue que chaque élève ait un bureau, c'est pourquoi nous avons préféré en garder 24. Les élèves rangeront leurs affaires dans leur bureau, mais ils seront très mobiles. Le but est qu'ils puissent travailler à n'importe quel endroit. Ils se déplaceront avec les affaires dont ils ont besoin à l'aide d'un petit sac (cf. article ici).

    A gauche des bureaux, on trouve une étagère avec des grands casiers. Nous allons utiliser une partie des casiers pour le rangement des sacs d'école. Pour le reste, ils nous serviront à disposer nos ateliers de classe flexible. Nous avons une caisse pour les jeux de maths et une autre pour ceux de français et au-dessus, des porte-revues avec les domaines d'apprentissages précis (orthographe-vocabulaire, conjugaison-grammaire, calculation, etc...). J'ai choisi de faire les étiquettes jaunes pour le français et rouge pour les mathématiques en lien avec les couleurs du PER (Plan d'Etude Romand). Nous rangerons les ateliers dans des pochettes à pression. J'en ai trouvé en couleur sur le site de Kolma Suisse. Malheureusement, je n'en ai pas trouvé en rouge donc je pense utiliser les transparentes pour les maths.

    Ma classe en 2019-2020

    A côté des ateliers, on trouve les supports pour ordinateurs et les tapis que les élèves peuvent utiliser pour travailler.

    Au fond de la classe, on retrouve une table pour que les enfants puissent travailler debout. Elle pourra être tirée en avant pour que les élèves puissent se mettre facilement autour. On range sous la table, les ballons, les petits tabourets ainsi que les ztools.

    Ma classe en 2019-2020

    A côté de la table, il y a également un petit bureau individuel pour qu'un élève puisse s'isoler facilement si nécessaire.

    Notre coin lecture est composée de 2 étagères vertes et de deux gros matelas qui font office de canapé. Les élèves pourront travailler à la petite table avec les petits tabourets ou les fauteuils du coin lecture.

    Ma classe en 2019-2020

    Finalement, devant le tableau noir, il y a notre bureau. Car oui, on a gardé un bureau. Pour le moment, cela nous paraît impossible de nous en séparer. Nous avons aussi une petite table devant notre bureau qui pourra être déplacée n'importe où dans la classe ou même dans le couloir.

    Ma classe en 2019-2020

     

    Je dois encore terminé mon coin environnement. J'ajouterai une photo prochainement.

    Après avoir cogité longtemps, avoir fait 4 plans différents de la classe, nous sommes satisfaites de cette organisation et espérons qu'elle plaira à nos élèves.

    Pin It

    votre commentaire
  • "Enseigner en classe flexible"

    Il y a 2 semaines, j'ai reçu le livre "Enseigner en classe flexible" que j'avais commandé, il y a quelques temps. Ce livre a été écrit à 10 mains par des enseignantes et blogueuses françaises qui ont expérimenté la classe flexible dans leurs classes durant ces 3 dernières années. Je félicite Maitresse Aurel, Maitresse Sev, Maitresse Evie, Un tour en Ulis et leur 5ème collègue pour ce magnifique travail. Si vous voulez connaître davantage leurs classes, vous pouvez les retrouver sur Instagram avec ces pseudos ou sur leurs blogs.

    Après la lecture de ce livre, voilà quelques réflexions chapitre par chapitre :

     

    Repenser la place de l'enseignant :

    Dans ce chapitre, les auteurs nous invitent à nous pencher sur notre fonctionnement dans la classe et sur le rôle que nous avons. Elles nous proposent 6 postures de l'enseignant et un petit test pour définir le type d'enseignant que nous sommes. 

    Pour ma part, je me suis rendue compte que j'étais une enseignante "réactive, créative et curieuse" ce qui me semble assez juste. 

    Travailler en classe flexible signifie changer de posture et petit à petit lâcher-prise pour permettre une plus grande autonomie de nos élèves. L'enseignant devient donc un guide et un accompagnateur. La classe flexible c'est travailler en 2 temps : des séances guidées par l'enseignant et des moments d'ateliers autonomes. Le but étant de réaliser les séances guidées avec des petits groupes d'élèves et non plus avec la classe entière. 

    L'enseignement en classe flexible se fait donc toujours en 2 groupes, l'un travail avec l'enseignant, l'autre en autonomie. Je fonctionnais comme cela quand j'avais une classe avec 2 niveaux, cela me semble donc faisable.

    Les auteurs nous proposent également deux manières d'organiser les ateliers autonomes :

    - les centres d'autonomie 

    - les ateliers de manipulation

    Pour ma part, dans mes débuts de classe flexible, je me suis dirigée automatiquement vers les ateliers de manipulation. D'ailleurs, les auteurs prétendent que cette manière de faire correspond bien aux enseignants de type "réactif, créatif et curieux" dont je semble faire partie.

    Afin d'organiser les ateliers de manipulation et d'aider les élèves à s'organiser de manière autonome, on trouve dans le livre différentes propositions de fonctionnement. J'ai envie de tester l'une ou l'autre chose pour identifier ce qui correspond le mieux à ma façon de faire et surtout à mes élèves.

    Le rôle de l'enseignant est d'enseigner, de guider d'accompagner mais aussi d'évaluer. Qui dit "évaluer" dit "observer". En effet, pour pouvoir évaluer les progrès de ses élèves, l'enseignant doit accorder du temps à l'observation de sa classe.

    Comme dans le fonctionnement de classe flexible décrit dans l'ouvrage, l'enseignant est toujours occupé avec un groupe, il est nécessaire de trouver des outils pour qu'ils puissent observer les élèves. Les auteurs proposent différentes solutions. En ce qui me concerne, je trouve qu'il faudrait que l'enseignant puisse être plus mobile et plus disponible pour les élèves. Pour moi, il faut prévoir des moments durant lesquels tous les élèves sont en activité autonome ou dirigée pour que l'enseignant puisse mieux les observer et les aider. Depuis le début de mes essais en classe flexible, j'ai souvent travaillé de cette manière et cela me convient bien.

    J'utilise régulièrement une liste de contrôle des tâches dans la même idée que "les fiches de suivis des centres d'autonomie" proposées dans le livre. Je note toutes les activités proposées et le niveau d'acquisition des élèves. J'ai ainsi un regard sur ce que les élèves ont réalisé et où ils en sont dans leurs apprentissages. Cela me permet aussi de voir si une activité a été réalisée par tous et de pouvoir la remplacer par une autre. Cela demande un peu de temps en cours ou fin de leçon pour faire le point mais cela me semble un outil indispensable. 

    D'autres types et outils d'évaluation sont proposés dans le livre. La plupart, nous les connaissons déjà mais cela fait une bonne piqûre de rappel.

     

    Repenser la place et le rôle de l'élève :

    L'enfant a un rôle fondamental dans son apprentissage. Dans la classe flexible, les compétences visées sont l'autonomie, la prise d'initiative et la responsabilisation de l'élève. L'enseignant se décentre de son rôle et ainsi permet aux élèves de développer leurs compétences et d'être acteurs de leurs apprentissages en adoptant un comportement adéquat.

    Autonomie et liberté ne veut pas dire, ne plus avoir de cadre et faire ce qu'on veut. Les auteurs relèvent l'importance de créer un cadre dans la classe pour que les élèves en connaissent les limites. "Le défi d'un enseignement flexible est de parvenir à offrir à la fois un espace de travail suffisamment cadré pour être sécurisant, mais également suffisamment libre afin d'être propice à la prise d'initiative et à l'épanouissement de l'élève".

    Etre autonome, c'est également être capable de demander de l'aide. On peut ainsi établir un système de tutorat dans la classe. 

    Dans ma classe, j'ai des étiquettes "mini-prof" que je donne à l'un ou l'autre élève de temps en temps. Le "mini-prof" est donc un enfant de référence chez qui, ceux qui ont terminé  un travail ou ont des difficultés, peuvent se tourner. Le "mini-prof" est là pour aider, aiguiller, expliquer, valider des réponses mais surtout pas pour donner la bonne réponse.

    Pour que l'élève puisse être autonome, il doit pouvoir avoir accès au petit matériel et au matériel pédagogique sans devoir déranger l'enseignant. L'organisation de tout cela est donc à réfléchir. 

    Autre point fondamental, le respect ! Les élèves doivent être respectueux du matériel à disposition, de l'espace de la classe mais aussi et surtout des autres. Ils se doivent également un respect à eux-mêmes. C'est en se respectant qu'ils acquièrent une bonne estime de soi. Le respect est une valeur centrale dans une classe et encore plus spécifiquement dans un fonctionnement flexible.

    Dans la classe flexible, l'élève devient acteur et responsable de ses apprentissages. C'est à lui de faire des choix en fonction de ses besoins. L'enseignant est là pour le guider mais c'est l'élève qui apprend et qui doit s'approprier les savoirs. L'élève ne doit pas travailler pour faire plaisir à l'enseignant mais il doit se rendre compte qu'il doit travailler pour lui-même. 

    Comme l'élève travaille souvent de manière autonome, sans le regard de l'enseignant, il va pouvoir développer son autonomie mais aussi son rôle d'élève. Je pense que chaque enseignant aspire à ce que ses élèves soient acteurs de leurs apprentissages. La classe flexible en fait son objectif principal.

    En résumé, l'élève en classe flexible développe : son autonomie, sa responsabilité face à son travail, le respect de soi, des autres, du matériel, l'entraide et son travail d'élève.

     

    Repenser l'espace et le temps :

    L'enseignement en classe flexible c'est aussi revoir son organisation dans la classe autant spatiale que temporelle.

    Il est nécessaire de réorganiser l'espace de manière à ce que les élèves puissent avoir accès facilement au matériel et pour que les déplacements soient agréables. 

    Les auteurs proposent de faire 3 espaces distincts

    - un espace regroupement près du tableau

    - un espace dédié aux phases de travail guidé

    - un espace pour s'entraîner et s'améliorer.

    Il est également utile de penser à l'aspect temporel et d'organiser les moments en classe en variant les formes de travail (individuel, demi-classe, groupe, plénum). Les temps de travail guidé doivent être courts et plus adaptés au temps de concentration des élèves. Dans les temps d'autonomie, le travail doit être varié afin de garantir la motivation et la concentration des élèves. Le temps a disposition doit être adapté en fonction de l'activité. "Un temps trop court sera frustrant pour ceux qui commenceraient une activité sans avoir le temps de la finir".

    Qui dit "flexible" dit également "assise flexible". C'est pourquoi les auteurs proposent de varier les assises afin de coller au plus près des besoins des élèves. En effet, nos élèves ont besoin de mouvement et pour certains rester assis sur une chaise pendant une journée complète est un véritable calvaire. Mais les assises flexibles ne sont pas indispensables. On peut commencer à travailler en flexible sans avoir un gros budget et investir dans des nouvelles assises.

    Ce qui est primordial dans l'organisation de l'espace, c'est qu'il soit le plus fonctionnel possible. Chaque chose doit avoir une place définie et les enfants doivent les connaître. Ainsi, ils trouveront facilement le matériel dont ils ont besoin. Il est aussi très important de leur apprendre à ranger les choses au bon endroit. Cela demandera certainement un peu de temps au début mais ce sera du temps gagné par la suite.

    Pour ma part, je prévois une nouvelle organisation dans ma classe à la prochaine rentrée scolaire. Je vais investir dans des bacs en couleur pour le domaine des maths et du français. Ainsi, mes élèves pourront trouver plus facilement les activités et les ranger. Je prévois de les numéroter dans l'ordre de progression. 

    L'emploi du temps a aussi une grande importance. Les auteurs proposent de prévoir à l'avance les temps de travail flexible et la répartition des groupes. Elles conseillent de garder la même organisation durant un certain temps afin de permettre aux élèves de se repérer dans le temps. Mais selon elles, nous devons être flexibles et il est possible d'adapter son emploi du temps durant l'année scolaire. 

    En conclusion, elle nous propose cette "formule magique" : 

    S'adapter = connaître + accepter + faire confiance

    En effet, pour moi enseigner en classe flexible c'est s'adapter à nos élèves qui changent et à notre époque qui évolue. C'est oser prendre du recul, se mettre en retrait et faire confiance en nos élèves. Cela semble peut-être très utopique, mais j'ai vraiment envie de prendre plus de temps pour que mes élèves se sentent plus investi dans leur métier d'élève et qu'ils soient plus responsables de leurs apprentissages. Je suis convaincue qu'ainsi, ils seront plus motivés à apprendre.

     

    Et moi dans tout cela ???

    Pour le moment, j'ai fait le choix de travailler en semi-flexible. En effet, j'ai gardé un bureau et une chaise pour chaque élève pour plusieurs raisons :

    - Je partage ma classe avec ma collègue et pour elle, il était important que chacun aie sa place.

    - Je pense que pour certaines leçons, il est préférable que chacun ait une place attitrée pieds au sol comme par exemple pour l'écriture.

    - Les leçons de connaissance de l'environnement, de musique ou d'arts se font avec toute la classe en même temps, il est donc plus facile que les élèves puissent être assis à leur place.

    - Je collabore avec d'autres collègues de même degré et si je veux avancer mon programme pour être un peu en même temps qu'elles, je  ne vais pas pouvoir tout faire en flexible.

    Depuis longtemps, nous avons un espace regroupement près du tableau noir avec des bancs. Ainsi, je peux travailler avec tous les élèves ou un groupe.

    "Enseigner en classe flexible"

    Les pupitres sont actuellement en ilots. Cela me permet de travailler avec un groupe mais c'est aussi pratique pour les ateliers.

    J'ai différentes assises flexibles ou supports d'écriture que les élèves peuvent utiliser dans les moments durant lesquels je choisis de travailler en classe flexible. Mes élèves peuvent donc utiliser :

    - 3 ballons,

    - 3 supports pour ordinateur qui permettent de travailler par terre, sur un banc, sur un tabouret ou un petit fauteuil et de pouvoir réaliser une activité,

    - 6 petits tabourets pour travailler à une table basse,

    - 6 tapis pour travailler par terre,

    - un pouf Fatboy,

    - 2 petits fauteuils en osier,

    - 1 table haute,

    - 6 petits bancs (ceux du coin regroupement) qui peuvent aussi servir de support pour écrire ou s'asseoir.

    D'ici quelques semaines, je vais encore recevoir 5 ztools. Vous ne savez pas ce que c'est ? Maisquefaitlamaitresse a fait une super vidéo de présentation ici.

    Dans mon fonctionnement, je travaille en classe flexible pour les leçons de français et de mathématiques, je mélange donc les 2 matières. Parfois, les élèves ont un travail imposé mais ils peuvent le réaliser où ils veulent. Parfois, ils ont un panel d'activités à choix visant à travailler des objectifs d'apprentissage précis dans l'idée des ateliers de manipulation.

    J'ai fait un article sur mes débuts en classe semi-flexible ici.

    N'ayant pas eu encore beaucoup de temps pour expérimenter le travail en classe flexible et ayant actuellement une stagiaire, je me réjouis de pouvoir poursuivre avec mes élèves l'an prochain sur cette lancée.

    Pin It

    17 commentaires
  • En mars, j'ai passé 4 semaines à la maison suite à une blessure à l'épaule et j'ai profité de ce temps libre pour lire et m'intéresser de plus près à la "classe flexible". Après avoir lu de nombreux articles sur ce sujet et le livre de Céline Alvarez "Les lois naturelles de l'enfant", j'ai décidé de repenser l'organisation de ma classe et de changer certaines choses.

    J'ai donc décidé d'en parler à ma collègue de duo et je suis arrivée à l'école pleine de motivation et avec un gros ballon sous le bras. Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant qu'elle avait également acheté un ballon et qu'elle l'avait déjà proposé à nos élèves. On s'entend à merveille et on a pensé au même moment que nos élèves avaient besoin de mouvement et de plus bouger. C'est tout simplement génial d'être à ce point sur la même longueur d'onde !!!

    Du coup, je lui expliqué ce que j'avais envie de tester dans la classe et elle a été emballée. J'ai donc préparé un panneau avec les différentes places de travail et assises disponibles dans la classe :

    - assis à leur bureau

    - assis sur le ballon à leur bureau

    - debout à la table haute

    - assis sur un tabouret à la petite table

    - assis par terre et travail sur un petit banc

    - couché par terre

    - travail sur un tapis

    La classe semi-flexible

     Je vais certainement ajoutés d'autres possibilités prochainement. Je compte d'ailleurs amener en classe un support pour ordinateur que j'ai à la maison. Ils pourront ainsi s'asseoir par terre ou sur le canapé de la classe et écrire sur ce support. 

    J'ai également des collègues qui doivent me donner des ballons supplémentaires. Je pourrai donc ajouter des cases pour les ballons.

    Je remercie mes chères collègues pour leur aide dans la confection du panneau car avec un bras immobilisé j'avais un peu de peine à découper le velcro ;-) Mon tableau d'inscription est installé sur la porte de la classe, à la hauteur des élèves.

    J'ai donc démarré en présentant le panneau et les règles à mes élèves. Pour les règles, j'ai choisi d'utiliser celles de L'école des Juliettes car je les trouve simples et claires. Nous avons donc eu une discussion sur les règles et en particulier sur le fait que l'endroit choisi devait vraiment leur permettre de travailler de manière efficace. J'ai également insisté sur le fait que je pouvais les déplacer s'ils ne respectaient pas les règles et ne faisaient pas bien leur travail.

    La classe semi-flexible

    Lors de la première séance en classe flexible, mes élèves avaient un travail écrit à réaliser. Chacun a choisi l'endroit ou l'assise qui l'intéressait. A la fin de l'activité, on a fait un bilan. Chaque élève a pu s'exprimer sur ce qu'il avait ressenti et dire si cette nouvelle façon de faire lui avait convenu ou pas. De manière générale, ils étaient satisfaits du test et désirait recommencer prochainement.

    Ma collègue et moi-même avons choisi de travailler en semi-flexible, c'est à dire que nous choisissons cette manière de faire ou non, en fonction des branches et de l'objectif de nos leçons. Pour ma part, je travaille les mercredi matin, jeudi et vendredi. La semaine passée, mes élèves ont travaillé en flexible, 2 unités le mercredi matin, le jeudi matin et une partie du vendredi matin. J'ai choisi de travailler comme cela pour les leçons de français et de mathématiques. Je trouve que cela ne se prête pas vraiment à certaines leçons comme la connaissance de l'environnement, les AC ou la musique.

    Le mercredi matin, j'ai choisi de proposer à mes élèves 15 activités à choix de mathématiques ou de lecture. Ils avaient pour consigne de choisir une activité qui leur permettait de s'entraîner ou d'apprendre quelque chose de nouveau. Ils ont donc choisi leur emplacement dans la classe puis l'activité qui les intéressaient. Ils ont travaillé ainsi pendant 2 unités de 50 minutes séparées par la récréation. Pendant ces 2 périodes, j'ai travaillé de manière individuelle avec l'un ou l'autre enfant en fonction de leurs besoins. 

    La classe semi-flexible

    La classe semi-flexible   La classe semi-flexible

     

    La classe semi-flexible   La classe semi-flexible

     

    La classe semi-flexible

    J'ai été bluffée par la majorité des élèves. Ils faisaient leur travail de manière consciencieuse en cherchant toujours une activité plus difficile que la précédente. Je n'ai pas dû intervenir pour faire de la discipline et pratiquement tout le monde était actif et appliqué. J'ai juste dû aiguiller les élèves qui ne savaient pas quelle activité choisir ou ceux qui tournaient en rond dans la classe sans rien faire. Je leur ai proposé l'une ou l'autre activité en fonction de leurs acquis et de ce qu'ils devaient encore entraîner. Mais c'était vraiment une minorité. 

    A la fin des 2 unités, j'ai demandé aux enfants leur ressenti par rapport à ce mode de fonctionnement. Ils ont tous été très enthousiastes sur le fait de pouvoir choisir des activités et d'avancer à leur rythme. Certains ont soulevé le fait qu'ils préféraient travailler à leur bureau plutôt qu'à un autre endroit de la classe. D'autres préféraient travailler à un autre endroit ou isoler des camarades. Bref, le constat était vraiment positif, ce qui me motive à poursuivre dans ce sens après les vacances de Pâques.

    Du coup, pour après les vacances mes objectifs sont les suivants :

    - préparer un panel d'activités de français et mathématiques à proposer à mes élèves en autonomie,

    - trouver des supports pour ordinateur pour pouvoir proposer une alternative supplémentaire,

    - travailler en classe flexible au minimum 1-2 fois par semaine (sur mes jours de travail).

    J'aimerais aussi travailler en petits groupes pour introduire les nouvelles notions, pendant que les autres avancent en autonomie. Il faut juste que j'organise cela car à 23 élèves si je fais en petits groupes, il me faudra plus de temps pour introduire les notions. Par contre, je pense qu'en faisant une présentation plus individualisée, je vais toucher différemment les enfants et j'espère les aider à développer plus facilement leurs compétences.

    En bref, je suis convaincue par le principe de la classe flexible et l'apprentissage plus proche de l'enfant. Maintenant, il ne me reste plus qu'à intégrer tout cela dans ma classe sans oublier le programme et les échéances.

    Et vous ? Qui s'est lancé dans la classe flexible ? Qui a envie de tenter ? J'attends vos commentaires avec impatience.

    Pin It

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique